Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 21:11

qatar_0.jpgA Basseau, la Ville est dans une drôle de stratégie.

Après la crise de la Régie Urbaine (déjà évoquée ici), au milieu d'une Opération de Renouvellement Urbain (ORU) totalement bloquée et fortement menacée, la Ville tente de reprendre la main.

Tout cela est peut-être tout à fait légitime... sauf que c'est maladroit et contre productif. La politique de la Mairie se limite à du tourisme de groupe, là où il faudrait une politique de décloisonnement. 

 

Je m'explique.

S'il y a une logique qui doit prévaloir pour accompagner les entreprises d'insertion ou les travaux de l'ORU, c'est d'aller au bout de la démarche.

Les clauses d'insertion dans les marchés publics sont là pour faire participer à des chantiers des personnes éloignées de l'emploi. C'est une logique de partage: un investissement public doit permettre une plus-value sociale. C'est le travail de la Régie Urbaine.

Les ORU sont là pour moderniser et décloisonner. C'est une logique de rencontre: un investissment public doit permettre de casser les ghettos. C'est pourquoi les ORU sont bien plus qu'une opération de voirie.

 

Cette semaine, on apprend par la presse locale que le quartier doit être redynamisé... Non, il ne s'agit pas d'avoir redéfini un projet qui remette du logement et des commerces... il s'agit du dynamisme revu et corrigé par la Mairie. Dans la bouche de l'adjoint au Maire, cela donne : un "désir de les faire sortir du quartier, tous ensemble"...

 

Comprenons nous bien. Il ne s'agit pas de critiquer un voyage en bus pour aller voir un match de foot à Bordeaux, cela n'aurait pas de sens, d'autant que cela n'a, en apparence, rien de politique.

Le problème c'est que la Mairie n'en soit toujours pas sortie de la logique du "faire sortir du quartier, tous ensemble" ! Ce qui fait une Ville, c'est la mixité, pas un "tous ensemble" qui reconduit un groupe fermé. Ce qui fait un dynamisme ce n'est pas de sortir du quartier en restant avec le même groupe; c'est justement la rencontre.

Un peu comme si l'on voulait construire l'Europe en remplaçant Erasmus par des voyages de classe: d'un côté on a une politique qui rapproche les personnes, de l'autre on a du tourisme. Ce n'est pas le même enjeu!

Lorsque les logiques de partage et de rencontre sont en échec, on se limite à de petites ambitions. On peut mettre des milliers de subventions pour colmater les brèches... cela ne résoudra rien. Au mieux, on parvient à se créer une petite clientèle. Mais rien qui ne soit à la hauteur du problème.

 

Le problème de ce pseudo "nouveau dynamisme" c'est qu'il se fait avec le sourire et le coeur sur la main. Ainsi apprend on, que la prochaine étape est culturelle. Fort bien! Enfin une politique culturelle dans cette Ville? Que nenni... il s'agit "d'aller visiter l'Institut du Monde arabe à Paris" !!!

La aussi, j'espère que mes lecteurs m'épargneront les lectures hâtives.

Ne serait -il pas judicieux, si l'on cherche un projet culturel, de monter un projet qui aille dans le sens de la rencontre plutôt que dans celui de la différence? N'y a-t-il pas place pour des visites au Louvre, aux Invalides, au Grand Palais, à l'Assemblée ou à la Villette si la destination est Paris? N'y a-t-il pas urgence à faire partager la culture française?

Ne peut on pas imaginer un tour par le Futuroscope si l'on veut du moderne?

Bref, peut on imaginer une politique qui ne renforce pas les logiques de clan et de bandes ?

 

Cette gentillesse aveugle a trop durée. Elle enferme les habitant d'un quartier pour en faire un ghetto. Cela ne sert à rien d'installer l'Ecole Municipale d'Arts Plastiques dans ce quartier si ce n'est pas pour faire oeuvres communes. Cela ne sert à rien de mettre une passerelle si c'est pour construire de nouvelles séparations.

Il faut sortir du clientèlisme pour passer à une autre étape. Une  politique renouvelée de la Ville est nécessaire, elle passe par un volet culturel qui renforce la politique urbaine. Mais cessons d'enfermer les habitants dans leurs origines.

 

Il est temps d'avoir une ambition partagée... et de permettre une alternance nécessaire. Oui "tous ensemble" mais, cette fois-ci, dans un vrai et profond rassemblement sur des projets d'ouverture.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent YOU - dans Angoulême
commenter cet article

commentaires