Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 20:00

LGV-Bordeaux-Paris-300x150.jpgEn démocratie, il faut savoir bouger vite.

Avant-hier encore, je faisais état des différences d'approche que je peux avoir avec Philippe Lavaud sur le busway.

Hier, j'ai eu l'occasion de fêter la bonne nouvelle de l'annulation des autorisations relatives à l'extension commerciale à Champniers... je pense d'ailleurs que Philippe Lavaud devrait avoir la décence de quitter la Présidence de la SEM chargée de ce projet. Il a été l'avocat le plus jusqu'au-boutiste de ce projet. Il est en situation d'avoir engagé son entreprise dans une impasse... il faudrait donc que les actionnaires nous fassent savoir s'ils lui renouvellent leur confiance!

Aujourd'hui, pour autant je tiens à dire mon accord sur la démarche engagée en Charente par rapport à la LGV.

 

La LGV c'est LE levier pour être ambitieux pour la Charente. Encore faut-il que notre gare ne soit pas qu'un lieu où l'on installe quelques commerces mais un lieu de mobilité où l'on prend le train vers Bordeaux et Paris! Cela peut paraître sommaire de le dire ainsi mais c'est la réalité des enjeux. Faudra-t-il demain prendre le TER pour rejoindre Poitiers et retrouver un TGV?

Plus précisément , je partage les choix rendus publics par MM Boutant, Lavaud et Richard. Il faut au moins un TGV de plus le matin pour regagner Paris en partant après 9h pour arriver en fin de matinée.

Ce n'est pas ici une position de droite ou de gauche, cela devrait être si nécessaire une action qui rassemble tous les élus du territoire. Si besoin, je suis pour ma part prêt à les accompagner pour occuper les voies et faire entendre raison à la SNCF.

Plus encore, je partage leur analyse sur le choix de ne pas faire du chantage financier sur ce sujet.

Regardons les choses en face: la SNCF a une mission nationale qui implique d'appliquer une même règle pour que toutes les collectivités financent les travaux sur les mêmes bases.

Il y a quelques mois, Ségolène Royal a cru pouvoir s'en affranchir, comme si une société nationale pouvait accepter un financement optionnel!

Le gouvernement a eu raison de ne pas retarder ce chantier historique. Mais il avait clairement fait savoir que ce qui ne serait pas apporté par la Région lui serait soustrait par ailleurs...

 

J'ai découvert que ces conséquences sont désormais posées. Mme Royal le sait depuis qu'elle a reçu un courrier du Préfet de Région daté du 27 septembre... le fait qu'elle ait choisi de cacher cela à son Conseil Régional est tout bonnement scandaleux!

Bonnet1.jpgMon petit doigt m'a dit que ce courrier précise que "la compensation du défaut de financement" portera sur les mesures suivantes:

1/les modalités de gestion des crédits de l'ADEME seront revues... on cessera ainsi d'afficher des politiques régionales alors que les crédits proviennent de l'Etat;

2/ l'Etat arbitrera sur la possibilité de reporter l'achèvement de l'opération de modernisation de la RN249 dans les Deux-Sèvres... la Région ayant refusé de participer au plan de modernisation, elle devra donc préciser si elle reste sur cette politique d'abstention et donc si elle prend le risque de ne pas achever ce qui doit suivre les deux tranches déjà acquises;

3/ enfin, la gare de Niort ("le pôle d'échange multimodal" en langage techno) devra être financé sans le soutien de l'Etat.

 

Comment a-t-elle pu penser que dans un pays comme la France il soit possible d'avoir une règle à géométrie variable? Des collectivités qui payent et d'autres qui refusent? Cela ne serait qu'une négation de notre attachement à l'égalité devant la loi.

On peut défendre ses convictions. Lorsqu'il s'agit d'enjeux aussi importants c'est même un devoir de faire feu de tout bois pour que nos intérêts ne soient pas lésés. Mais cela ne peut pas se faire contre l'équité.

Si besoin, pour gagner notre droit à ne pas être oublié par la SNCF, nous devrons utiliser des moyens contraignants. Dans sa course aux primaires, Mme Royal avait aussi jeté par dessus bord la nécessité de respecter une loi commune. Elle va devoir aujourd'hui en assumer les conséquences.

 

J'ai eu l'occasion de dire il y a quelques semaines, le respect que m'inspiraient les larmes de Mme Royal; je peux aujourd'hui diffuser une vidéo d'un élu charentais avec qui je partage désormais un combat!

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent YOU - dans Charente
commenter cet article

commentaires