Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 07:47

C'est l'été, il fait enfin beau. Chacun peut donc penser à trouver un peu de repos et changer de rythme. Tous ? Non! A Angoulême depuis maintenant 4 ans, rien n'est jamais aussi simple. Ce mois de juillet a été choisi pour tenter de mettre fin à un beau succès: la Régie Urbaine, chantier d'insertion et entreprise d'insertion qui fait tant pour nos quartiers.

 

touche-pas-a-ma-regie.jpgDepuis plusieurs mois, un conflit larvé oppose certains membres du Conseil d'Administration au directeur et aux permanents. Un conflit du monde du travail assez classique? Sauf que la tourneur des évènements est assez particulière. Cela en dit long sur les méthodes utilisées par la majorité locale lorsqu'elle veut récupérer une structure à son profit.

Que peut-on souligner?

La Régie Urbaine se développe bien, malgré la difficulté traversée par le monde de l'insertion: en 8 ans, le chiffre d'affaires a doublé pour atteindre 2 millions d'euros. A ce jour, 80 personnes travaillent grâce à cette structure: 20 permanents, 50 en insertion et 10 en intérim, sans compter la centaine de stagiaires qui peuvent ainsi au cours de l'année valider leur diplôme... une paille!

Pour autant:

* pas d'Assemblée Générale cette année, alors que cela devait être fait avant le 30 juin;

* pas de dialogue entre le Président et les permanents, alors même que ceux ci ont manifesté leurs attentes et désormais leur colère;

* une procédure de licenciement à l'encontre d'un Directeur utilisé comme bouc-émissaire...mais des légèretés en chaîne dans la gouvernance de l'association (cf l'écho instructif de Xavier BONNEFONT ici)

 

100_4391.JPGPhilippe LAVAUD avait beaucoup promis aux habitants  des quartiers et en particulier de Basseau. Veut-il aujourd'hui prendre la main sur une régie efficace pour garder pour lui un outil d'emploi? Toujours est -il que son conseiller municipal et Président  de la Régie n'y va pas avec le dos de la cuillère... au risque de tout casser et de faire exploser une structure qui existe maintenant depuis 17 ans.

Ce n'est pas vraiment une première. Ceux qui ont un peu de mémoire se souviennent de quelques cas similaires dans l'Agglomération: la Nef dont on pousse dehors le fondateur contre toute logique, la STGA dont le Directeur Adjoint dû son maintien à la mobilisation du personnel, le Conservatoire dont le Directeur fut accusé de tous les maux... autant d'exemples où la volonté de main mise politique fut manifeste.

Cet été, un pas supplémentaire est franchi: à deux reprises, le 13 (photo) et le 23 juillet, le dialogue social a consisté pour le Président à faire venir sur place la Police Municipale!!! Je suis de ceux qui respecte profondèment les forces de l'ordre. Je ne pense pas que les utiliser comme supplétif du PS soit un service à leur rendre. Les conflits du travail ont leurs règles, ceux ne sont pas celles de l'intimidation.

 

On se souvient des difficultés qu'a  pu avoir la majorité pour faire déménager les syndicats. Il a fallu un temps incroyable qui se solda par un décalage d'un an pour installer dignement une de nos écoles supérieures...

Désormais, lorsque les élus se sentent en difficulté, ils appellent les forces municipales.

Pour résoudre un conflit, il faut savoir dialoguer, pas menacer.

Pour soutenir une structure utile dans un quartier qui souffre il faut être prudent, pas être violent.

 

Comme Conseiller Régional j'ai eu l'occasion il ya quelques mois de visiter la Régie Urbaine qui bénéficie de certains dispositifs régionaux. J'avais retenu une impression de tension que je comprends mieux désormais.

J'en appelle aujourd'hui au Maire pour qu'il fasse trois gestes:

1/ tout d'abord, qu'il présente  des excuses pour l'utilisation inadaptée des forces de l'ordre municipales;

2/ ensuite, qu'il revienne sur la procédure en cours, prenne acte du fait que l'actuel Président ne peut plus désormais être un interlocuteur crédible et contribue à la nomination d'un nouveau Président ... pour montrer qu'il ne s'agit pas d'une manoeuvre politique il serait de bon goût de faire place à une personnalité de l'oppositiondéjà impliqué dans l'association;

3/ enfin, qu'il accepte une solution de fond comme celle de créer un collège des salariés au sein du Conseil d'Administration.

 

Licencier dans de telles conditions un Directeur auquel on doit tant c'est prendre le risque de violences.

La Régie Urbaine n'est pas un jouet politique c'est un gage d'espérance pour beaucoup de familles.

La vie dans certains quartiers est trop rude pour accepter de jouer avec l'emploi de ceux qui sont les plus fragiles.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent YOU - dans Angoulême
commenter cet article

commentaires