Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 14:32

Cette semaine, j'ai eu la chance de me rendre au Bangladesh pour étudier la manière de lutter contre la pauvreté dans le cadre de la mondialisation. On ne pouvait pas trouver meilleure destination. C'est à la fois un des pays les plus pauvres au monde (le salaire minimum est aujourd'hui de 1650 takas soit environ 15 euros par mois... il sera en novembre de 3000 takas, soit environ 30 euros!) mais aussi un lieu de créativité.

Yunus-aime-les-pommes.jpg

 

A l'occasion d'une rencontre avec le Professeur Muhammad YUNUS, j'ai pu mesurer la hauteur de vue de cet homme simple, serein et déterminé.

On ne peut qu'être impressionné par une telle rencontre. En cette période trouble où nous cherchons comment faire avancer le monde pour sortir de la course aveugle au court terme, il est de ceux qui ouvrent des voies et nous rendent l'espoir.

L'histoire du micro-crédit est sur ce point exemplaire. Tout commence par un dialogue avec une pauvre femme. En constatant que celle-ci est enfermée dans sa pauvreté car elle n'a pas accès au crédit bancaire, il met en place la Banque des pauvres. La méthode consiste à prêter à tous, sur la base d'une solidarité familiale ou de groupe. Après quelques années, plusieurs centaines de millions de personnes dans le monde ont pu bénéficier de ce dispositif.

 

P1020449.JPGC'est ce succès qui explique son Prix Nobel de la Paix de 2006. Pas de paix sans justice, pas d'avenir sans souci des plus pauvres. Sur la base de ce succès, il met en place d'autres idées ambitieuses.

J'ai pu visiter un hôpital ophtalmologique magnifique et accessible à tous, une usine de Yaourt lancée avec Danone pour montrer que les entrepreneurs sociaux peuvent conjuguer localisation de la production, responsabilité sociétale et diffusion au plus grand nombre des produits nutritifs de base.

 

D'une certaine manière, je crois que le 21ème siècle est en train de se fabriquer quelque part entre Dakha et Bogra, entre les rizières et les bidonvilles.


Petit clin d'oeil à la Charente et à Daniel Sauvaitre, président de l'Association nationale pommes poires (ANPP, qui regroupe les deux tiers de la production française):  on sait donc maintenant que la table de travail du Prix Nobel de la Paix est toujours garnie de pommes... comme en témoigne la photo prise à son attention.

Dans le cadre de ses fonctions de Président de l'UMP 16, il m'arrive d'avoir des divergences avec Daniel. Rien que de très normal. Mais j'ai toujours su qu'il est profondément un homme de paix et de dialogue. Maintenant je sais pourquoi!

Il me reste à savoir si le Professeur YUNUS connaît les Belchards... du fait de notre convergence de vues sur de nombreux points, d'autres dates arriveront pour défendre  des propositions communes. J'aurai donc l'occasion de poursuivre mon enquête...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

association nationale des pêcheurs de plaisance 11/10/2010 16:47



j'ai vu à la télé le travail remarquable que fait cet homme, en plus avec une telle conviction , et si la terre était entierement peuplée d'etre à l'instar de ce dernier imaginer. bonne courage
pour vos actions et bonne continuité pour ANPPoires


amicalement



EBLING 09/10/2010 20:27



Quelle chance d'avoir rencontré Le Professeur Muhammad YUNUS ! En effet, le 21ème siècle est en train de se construire aussi, et SURTOUT là-bas à condition
que...