Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 18:46

fleur-fanee.jpgMalgré la chaleur, il nous restait du peps aujourd'hui à la région.

La journée ne fut pas très longue, suffisamment cependant pour pointer deux aspects de la politique régionale.

 

Premier temps, à 14h, la signature d'une convention de conversion écologique et solidaire avec le groupe Schneider Electric. Surprise! la dite "convention de conversion" évoque six axes d'action mais ne parle ni d'emploi ni du site de Merpins. On peut se réjouir de voir des axes partagées avec un grand groupe mondial pour développer les "bâtiments intelligents", le photovoltaïque, le capital-risque ou la formation. Mais il y a loin entre ces objectifs très généraux et la réalité des promesses initiales.

Rappellons nous des premiers jours du mois d'avril. L'annonce de la fermeture du site de Merpins avait provoqué un émoi en Charente. Je m'étais alors invité dans une réunion en mairie de Cognac où les élus (notamment M.Gourinchas et ML Raynaud)  recevaient les syndicats. Il était alors question d'engagements définitifs : "pas question d'envisager un regroupement", "les emplois jetables ça suffit!", "les dirigeants vivent dans un autre monde, on va pas les laisser faire"...

 

Quelques semaines plus tard, les mêmes avançaient timidement pour dire que si regroupement il devait y avoir, il fallait imposer une réindustralisation en mettant à Merpins l'activité de peinture externalisée par Schneider... avec l'énergie de la région on allait voir ce que l'on allait voir!

 

drapeau-en-berneAujourd'hui, jour de signature, pas un mot pour le regroupement, pour les personnes concernées et pour les accompagnements envisagés: l'heure est à la croissance verte!

Il m'a toujours semblé qu'il y avait derrière ce vocable une bonne dose de poudre aux yeux.

Je n'ai jamais cru que l'on puisse donner un avenir industriel à la Charente sans accepter des concentrations de sites et des logiques d'économie d'échelle. Mais, si cette idée était partagée par d'autres, ils auraient pu éviter de jouer au retour de la lutte des classes; à la bataille jusqu'au sang pour éviter toute évolution et aux promesses devant les bataillons syndicaux.

Ce passage, en deux mois, des promesses de lutte aux sourires aux photographes devant une convention sans humanité ne peut que provoquer un sentiment de dégoût.

Je dois cependant reconnaitre une pensée amicale pour Michel Gourinchas. Tout à l'heure, le maire de Cognac a dû manger son chapeau devant cette désertion. Je l'ai vu s'abstenir d'applaudir car il ne devait pas avoir déjà oublié les promesses récentes...  Pour l'ancien camarade syndicaliste, ce ne doit pas être facile de digérer la communication sur la croissance verte... j'ai entendu dans l'assemblée le rappel d'un slogan: " développement durable? emploi jetable!"... l'ordre juste n'a pas l'air de s'embarasser de tenir ses engagements!

 

Deuxième temps, peu après le début de la réunion en commission permanente. Henri de Richemont fait un rappel au règlement pour demander à la Présidente de mettre fin aux "circuits parrallèles" qu'elle met en place partout sous couvert de proximité. Hier une réunion des maires de la Charente à laquelle le conseiller régional d'opposition que je suis n'est pas convié; chaque jour des "élus référents" qui sont censés représenter la présidente du conseil régional mais qui ne sont ni du conseil régional, ni parfois élu...

On ne ferra pas semblant de croire qu'elle puisse déléguer cette fonction à un conseiller d'opposition... Mais qu'elle le fasse au profit de ses amis, en oubliant que sa majorité est composée de 35 conseillers, est un peu fort.

Cela révèle une nouvelle fois un choix de fonctionnement : l'esprit de clan, plutôt que le dialogue avec tous, le choix  en fonction des courants du PS plutôt que la reconnaissance du scrutin universel.

 

L'épisode aurait pu s'en tenir là, mais les camarades PS de la présidente ont voulu tout justifier. L'un d'ente eux a eu cette conclusion définitive "on a pas besoin de vous!". Un signe d'arrogance et de mépris qui en dit long. Nous nous sommes levés et nous sommes partis.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent YOU
commenter cet article

commentaires

DA SYLVA 12/07/2010 16:29



J'ai relayé cette information sur planète UMP


http://www.planete-ump.fr/t15082-Martine-Aubry-presidente-de-la-Republique-en-2012.htm#p202610



vincentyou.over-blog.com 24/08/2010 19:39



bonne idée: merci!