Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 12:11

blog-fun--emplois-jeunes--comme-papa.jpgAujourd'hui à la Région nous débattions des fameux "emplois d'avenir", le dernier nom des contrats aidés...

Depuis les TUC des années 86, il s'agit désormais d'une vieille histoire qui témoigne d'une véritable désertion politique face au problème gravissime qu'est le chômage des jeunes.

Pourquoi parler de désertion? Parce que tout a déjà été dit. Pas par moi. Par beaucoup d'autres!

C'est la Cour des Comptes qui en 2011 encore évoquait "l'efficacité très décevante des contrats aidés"...tout en soulignant que l'effet en termes de cohésion sociale ne suffisait pas à en faire une politique économique.

Dans un autre genre et il y a plus longtemps, c'est Philippe Muray qui décrivait le glorieux bataillon des nouveaux outils de Martine Aubry en son temps: "un bataillon d’agents de développement du patrimoine ouvre la marche, suivi presque aussitôt par un peloton d’accompagnateurs de détenus, puis arrivent en rangs serrés les compagnies d’agents de gestion locative, d’agents polyvalents, d’agents d’ambiance, d’adjoints de sécurité, de coordinateurs petite enfance, d’agents d’entretien d’espaces naturels, d’agents de médiation, d’aide éducateurs en temps péri-scolaire, d’agents d’accueil des victimes et j’en passe énormément. Ferme le cortège un petit groupe hilare d’accompagnateurs de personnes dépendantes placées en institution, talonné par des re-découvreurs de l’histoire des villes et des promoteurs des ressources touristiques en direction des pays émergents"... c'était il y a plus de dix ans!

Déjà il touchait un des aspects de fond du problème en ajoutant:   

"Les métiers d'autrefois avaient une histoire, un passé, un poids, et je parle même pas de leur utilité. Les emplois-jeunes de Martine Aubry s'avancent légers. Ils ne pèsent rien. Ce sont des professions sans emploi (...)"

Face au risque de retomber dans les mêmes travers, les orateurs du groupe d'opposition ont pointé les écueils de cette prétendue "nouvelle" politique .... mais il n'est pas encore possible d'ébranler l'assurance absolue de nos élus si majoritaires...

Olivier CHARTIER a eu beau faire remarquer que c'est dans cette région que furent créés le plus d'emplois aidés ... mais que les derniers chiffres de l'INSEE montrent que nos chiffres relatifs au chômage des jeunes sont encore plus préoccupants que les chiffres nationaux...  Ségolène ROYAL a préféré botter en touche en soulignant qu'il s'agissait de chiffres de 2011 qui reflétaient seulement la politique de MM. SARKOZY et FILLON!!! Quand y a de la gêne y a pas de plaisir!

Véronique ABELIN a souligné la nécessité de mettre en place un dispositif visant à permettre une transition vers des emplois stables... pour leur donner justement un avenir... mais c'était nul et non avenu puisque la Vice Présidente MESNARD pensait avoir inventé une nouvelle idée en proposant qu'il y ait une jonction avec les départs en retraite dans la fonction publique. Comme si la majorité des collectivités et des structures publiques n'avaient pas déjà remarqué qu'il y avait lieu d'être pertinent!

 

Au final, la Région accompagnera la création de 4000 emplois d'avenir par un dispositif de formation. C'est déjà une bonne chose et c'est pourquoi nous avons voté favorablement à la question qui nous était posée.  Mais on rêverait que "le changement" passe par des voies plus fortes qui créent vraiment un avenir.

 

Il faudra bien un jour ou l'autre réfléchir à quatre vrais choix politiques pour créer les emplois qui auront de l'avenir:

1- baisser les aides aux entreprises pour baisser les charges des PME. Cela ne coûtera rien en terme de dépenses publiques mais nous ferait rentrer dans une dynamique de confiance envers les entrepreneurs;

2- créer de grandes régions centrées sur de véritables métropoles européennes et sur des zones géographiques riches d'une histoire qui parlent aux clients du monde entier; on ne fera pas rentrer les PME dans la mondialisation sans permettre à notre territoire d'avoir une identité forte (Nous avons la chance d'avoir Bordeaux, Cognac et l'Atlantique);

3- sortir de la naïveté en faisant que le consommateur qui achète des produits extra-européens paye un prix qui contribue aux coûts de la solidarité à laquelle le citoyen est, légitimement, si attaché;

4- reconstruire une politique de cohésion nationale par un service national obligatoire avec un temps de classe sous la houlette de la gendarmerie et un temps à disposition des services publics locaux.

 

On pourra parler de changement lorsque l'on cessera de penser que l'on crée un avenir en augmentant les dépenses publiques et les impôts.

 

PS: maintenant (23 février 2013) que le dispositif se précise, il me semble qu'il y a deux nouveautés qui méritent d'être soulignées. Ce nouveau contrat aidé peut déjouer l'écueil de la "coquille vide" en ayant une visée claire qui est de parvenir à terme à un formation qualifiante. On évite aussi "bonne intention" en ayant un tuteur chargé de guider le jeune dans son nouveau métier. Pour un coût glabal annuel de 4000€ pour l'employeur, voici donc un contrat d'un genre nouveau qui peut aider à remettre de l'humain dans la ville sans enfemer le jeune dans une voie sans avenir. Cela mérite d'être tenté et nous en reparlerons!...

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent YOU - dans Conseil Régional
commenter cet article

commentaires