Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 12:21

passcontraJe suis un bon soldat... mais pas une girouette!

il y a tout juste un an , nous menions campagne pour les régionales en expliquant que les choix de Ségolène Royal sur le Pass Contraception ne touchait pas au fond du sujet. Sur des questions aussi complexes que la prévention des grossesses précoces, nous disions que nous ne pouvions pas imaginer règler ces sujets "à coup de chéquiers"... il faut dire, que nous étions à l'époque accompagnés par le Ministre de l'Education Nationale qui refusait alors ce qu'il cautionne aujourd'hui!

 

Comment va-t-on y voir clair lorsque le même Ministre revendique aujourd'hui ce qu'il rejettait hier?

 

Le fond de la question mérite autre chose que ce type de mascarade. Il s'agit d'adolescence et d'éducation... pas de jouets ou de réalités désincarnées!

 

De mon côté, j'ai déjà eu l'occasion sur ce blog (ici) de détailler les raisons pour lesquelles je m'opposais aux dispositifs mis en place par Mme Royal... les mêmes raisons sont aujourd'hui opposables à MM Huchon et Chatel (même si le choix régional en juin 2010 se portait sur un autre circuit, d'où la première partie de mon article d'alors)!

 

Reprenons les arguments principaux:

 

1/ sur les questions d'adolescence, il y a deux type des familles: celles où le dialogue parents-enfants existe et les autres. Pour les premières, il est regrettable de court-circuiter ce dialogue en montant toute une organisation pour contourner les parents. Pour les secondes, c'est justement la mission des éducateurs de rendre les conditions de ce dialogue possible... opposer les professionnels aux parents, c'est détruire tous les efforts pour mieux articuler l'école et la famille!

2/ sur les questions de sexualité, on aurait tort de se limiter à une réponse strictement sanitaire. L'important c'est de donner du sens à la vie affective, et non de laisser croire que tout se joue avec le recours à la pilule. Il suffit de lire les propos de Boris Cyrulnik, par exemple, pour bien voir que l'enjeu est ailleurs. Si il n'y a pas d'éducation à l'amour, on peut toujours se réfugier derrière un chéquier... ce sera plus une démission des adultes qu'un progrès!

 

Sur un point plus politique, je ne peux pas accepter de suivre un tel revirement. On parle de revaloriser l'autorité parentale? on parle de revenir aux fondamentaux? d'être fidèle à nos engagements de campagne?

Pour ma part, je n'ai pas peur de mon ombre. Toutes les questions délicates méritent d'être regardées en face. Pas en appliquant des méthodes qui s'opposent à nos valeurs les plus importantes.

 

La question des grosses précoces et de l'ivg des adolescentes sont compliquées. Peut-on en parler sans être caricaturé? Comme fonctionnaire hospitalier, je connais très concrètement cette réalité... pas seulement par des statistiques et des effets de mode. Je suis le premier à souhaiter que nos politiques permettent d'éviter à nos ados de briser leur jeunesse... il ne s'agit donc pas de mener un combat sur la loi Veil sur le dos des jeunes. Non, il s'agit de savoir si on pense vraiment que les premiers éducateurs sont les parents... si on le pense, on ne peut pas accepter de l'affirmer en menant une politique qui s'y oppose.

 

Une dernière remarque: jusqu'à maintenant pour qu'il y ait grossesse précoce, il faut un garçon et une fille... n'est ce pas un aveuglement que de se limiter à une politique qui oublie que les garçons sont aussi concernés?

Soyons un peu sérieux! On peut créer un chéquier, celui de Mme Royal n'a été utilisé que 40 fois en 2010 après une gigantesque campagne de publicité...j'attends de mon ministre de l'Education Nationale qui soit plus imaginatif!

Nos électeurs n'attendent pas de lui qu'il copie Ségolène Royal.

Partager cet article

Repost 0

commentaires