Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 08:00

200px-Jean-christophe-fromantin

En Octobre dernier, j'avais invité Jean-Christophe FROMANTIN à visiter la Charente et à nous livrer sa vision de la place de la France dans la mondialisation (cf ici).

A l'heure actuelle, face à une gauche qui domine désormais notre pays, de grands médias évoquent son rôle déterminant dans la recomposition de la droite et du centre (cf Le Point du 10 mai 2012: ici).

 

Je suis heureux qu'il marque par cette interview son soutien à ma candidature.

Il y a aujourd'hui un besoin de cohérence que j'assume en me présentant comme élu de territoire face à des candidatures d'appareils.

Au delà de son soutien, je profite de cet article pour évoquer une de mes propositions pour cette campagne: le souhait de voir la Charente rentrer dans une nouvelle et grande région pour axer notre développement sur la proximité avec la métropole européenne qu'est Bordeaux.. J'aurai l'occasion d'y revenir pendant la campagne mais il me semble impossible de parler de territoires sans évoquer cette dimension primordiale.

 

1/ Jean-Christophe Fromantin vous avez été élu "élu local de l'année" en 2011 notamment par votre vision de la place de la France dans la mondialisation et pour le lancement de "territoires en mouvement"... autant de choses que vous avez présenté et expliqué à Angoulême en Octobre dernier. Pouvez-vous nous dire comment nos territoires, ruraux pour ce qui est de la Charente, peuvent se faire une place dans le marché mondial?

 

Je pense que nous pouvons profiter de la mondialisation si nous veillons à avoir des productions qui soient riches de nos traditions et de notre histoire. Si c’est pour faire un bout de tissu, les chinois le feront à meilleur prix. Mais s’il s’agit d’un produit plus qualitatif, nous avons dans nos territoires des atouts qui valorisent nos productions. Ce sont des avantages compétitifs incomparables ! La plus petite PME peut aujourd’hui vendre à l’autre bout du monde. Les populations des différents pays du monde attachent beaucoup de valeur à un produit français… à nous de mettre nos PME sur le marché mondial. Nos patrons de PME ont du génie… mais c’est au politique de construire les infrastructures (numérique, accès aux marchés sur internet, perfectionnement en anglais…).

IMG_1282.JPG2/ vous évoquez l’idée que nous devons revoir notre carte territoriale pour avoir de grandes régions.

Pour ce qui nous concerne, notre avenir va sans doute sur une large région centrée sur Bordeaux qui s'appuierait sur des symboles qui sont connus dans le monde entier: le Cognac, l'Atlantique... comment voyez vous concrètement se faire cette réforme majeure et indispensable?

 

Cette question est fondamentale. Aujourd’hui personne dans le monde ne sait situer Poitou-Charentes ou Poitiers, la 83è ville de France. Par contre, tout le monde sait où est Cognac et ce qu’est l’Atlantique. L’histoire et la géographie sont des atouts si on sait les utiliser. La nécessité de grandes régions est double : dans une logique de « marketing territorial », il faut chercher à avoir un nom qui parle au monde ; dans une logique de dynamisme, les espaces ruraux peuvent profiter de leur proximité avec des métropoles européennes. Vous avez une filière magnifique en terme de packaging, cela n’est pas sans lien avec votre histoire dans le papier et votre proximité avec Cognac. En terme institutionnel, la réforme dépend de volontés politiques claires. Les présidents de Région vont-ils continuer à bloquer ? Ou va-t-on voir ici et là des élus qui seront capables de dépasser leur pré-carré pour une logique plus forte ?

A un moment donné les électeurs comprendront que la défense de nos emplois et notre recherche de dynamisme doivent primer sur la conservation des postes de nos élus.

3/ vous avez été le symbole de l'authenticité en politique et du refus des étiquettes politiques en devenant maire de Neuilly en 2008 contre les projets de l'UMP... en quoi est ce nécessaire aujourd'hui de refonder la politique sur des hommes et des femmes libres, reconnus pour leur engagement sur la durée pour un territoire?

 

Les appareils sont en échec car ils privilégient les logiques nationales aux intérêts locaux. La crise de confiance des français envers la politique doit beaucoup aux parachutages ou à cette espèce de cooptation continuelle où l’on devient candidat simplement parce l’on a un soutien ou un parent dans la place… c’est le contraire de la méritocratie.

Si on y réfléchit bien, un élu qui doit son mandat à son étiquette cherchera à être fidèle aux caciques de son parti. Il est pieds et poings liés. Un élu choisi pour son travail de terrain ne sera fidèle qu’à son territoire. Il pourra voter contre son parti si les tendances parisiennes ne vont pas dans le bon sens.

Tout se tient : être élu pour une étiquette c’est privilégier les querelles politiciennes sur le service à la population. De plus en plus, je pense que les territoires auront des élus libres parce que les électeurs feront le tri.

 

4/ vous avez souhaité apporter votre soutien à la candidature de Vincent YOU sur la 1ère circonscription. Pourquoi ?

 

fromantin-et-vy-2.jpgJe connais Vincent pour son attachement à la Charente. Je l’ai rencontré pendant son travail sur le G20, justement pour cette réflexion sur les territoires et la mondialisation. Après cette parenthèse, il a choisi de revenir travailler chez lui… cela montre qu’il a privilégié son territoire et son ancrage local aux sirènes parisiennes. Ce n’est pas si fréquent. Par ailleurs, je suis sensible à son métier : il est directeur d’hôpital. La question des services publics est importante en zone rurale. Je crois que c’est toujours une bonne chose de choisir un élu qui a un métier et qui ne limite pas son expérience aux réseaux dans son parti.

Pour moi, le renouveau de la droite et du centre passe par une génération nouvelle qui construira sa légitimité sur son enracinement local.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vincent YOU
commenter cet article

commentaires