Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 14:16

logo-CL.jpg

logo-CL.gifSemaine tumultueuse pour moi... Etant le rapporteur de la mission "justice sociale et mondialisation", j'ai vécu en direct la polémique sur la rémunération de Christine BOUTIN.

Il n'est jamais inutile de revenir sur les faits mais, plutôt que de tout détailler ici, je vous propose différents liens pour ceux qui veulent refaire le film... au moins on ne pourra pas m'accuser de partialité! 

la version de l'Humanité: cliquez ici

la version d'une journaliste du Parisien: cliquez ici

la version de Nadine Morano chez JM Apathie: cliquez ici

la version de Libération: cliquez ici

la version de Roselyne Bachelot sur le Point.fr : cliquez ici

 

Jeudi matin, j'ai été contacté par un journaliste de CL qui avait retenu que je travaille dans cette mission. Il me soumet donc à la question "et vous? combien êtes vous rémunéré?" J'ai répondu à la virgule près, de même que pour mes collègues. Chacun pourra trouver que c'est trop ou non. J'ai juste à dire que je suis fonctionnaire, que ma rémunération découle de mon grade de "directeur d'hopital hors classe au 3é échelon". Et ce grade? il découle d'un concours réussi en 1995, d'un avancement qui découle de notations et de mobilité... bref de la vie classique d'un fonctionnaire qui travaille sous l'égide d'un vieil outil républicain qui s'appelle le "statut de la fonction publique"...

J'oubliais: ma rémunération intègre aussi le SFT ... kezako? le "Supplément Familial de Traitement" qui varie en fonction du nombre d'enfants. J'en ai 4, cela charge donc ma barque... faut-il en être désolé?

 

Je crois me souvenir que j'ai répondu sans une seconde d'hésitation au journaliste. Je lui ai d'ailleurs précisé que nous étions dans une crise économique et dans une crise de confiance qui nécessitait que les politiques acceptent pleinement l'exercice de la transparence.

 

J'ai découvert la joie d'avoir mon salaire sur le web, les questions sur ce sujet de France Soir, du Point et de France 2... et la remarque de ma fille "Papa, je sais maintenant combien tu gagnes!" Ah oui, et combien alors? "9500€!"...

cela pourra désormais enrichir notre collection des bons souvenirs familiaux!

 

Plus sérieusement, cette polémiques est désormais derrière nous et je suis heureux de cette sortie vers le haut qu'a choisie Christine BOUTIN. Elle ne pouvait pas laisser penser qu'elle était une femme d'argent ou de privilèges. C'est chose faite.

 

Ce que je veux aussi pointer, c'est une asymétrie flagrante : d'un côté les politiques sont soumis à un impératif absolu de transparence, tandis que, de l'autre, la presse pourrait se permettre tous les déséquilibres en toute impunité...Regardons de près pour le site de Charente Libre:

 

1/ un bon nombre d'article sur cette affaire: pas moins de onze entre le 9 et le 11 juin! logique?

2/ une très faible place laissée à la décision finale de Christine BOUTIN: un seul article, mais la vidéo d'Eric Woerth le 10 juin est toujours en ligne le 12 juin et les propos de Christine BOUTIN le même jour n'ont, eux, jamais été mis en ligne ... aucun lien pour lui donner la parole...logique?

 

 

 

3/ le 12 juin, j'ai l'honneur du "baromètre"... qu'importe la couleur et le sens de la flèche: comme tout le monde le sait "l'important c'est d'y être"... j'avoue que cet honneur et leur surprise de trouver ce blog silencieux se traduit d'ailleurs par ce billet!

 

4/ dans le même numéro de CL, j'apprends au détour d'un article sur les cantonales que "A Angoulême-Est (canton détenu par Janine Guinandie), si le ticket François Elie - Stéphanie Randazzo (sans que l'ordre titulaire-suppléant ne soit arrêté) devrait obtenir l'investiture, Vincent You (Démocratie chrétienne), déjà conseiller régional, a fait savoir qu'il se présenterait". Première nouvelle, merci CL! J'ai certes fait valoir ma candidature à la candidature sur un canton où j'habite et où j'agis... mais je ne savais pas que ma décision était prise... dommage de ne pas m'avoir interrogé... je croyais avoir montré que j'acceptais de répondre aux questions! Ceci étant dit, sur le sujet, je pense réserver mes commentaires jusqu'à l'annonce des choix. Les cantonales sont en mars 2011 si j'ai bonne mémoire; pas cet été.

 

5/ dernier exemple puisque l'on pointe mon silence ... j'ai été surpris de ne rien lire dans CL sur les propos de Ségolène Royal concernant D.Besnehard et le FFA ni sur le refus de la région de subventionner le  film "Climats"... Le 31 mai dernier, lors de la commission permanente, j'avais bien vu que le journaliste présent partait avant la fin de la session et qu'il ne pourrait pas en  être informé et s'en faire écho... j'avais donc fait en sorte de lui préciser les choses. Rien: ni le soir, ni le lendemain, ni le surlendemain, ne serait-ce que pour reprendre l'info non d'un opposant comme moi mais d'un article de Sud Ouest... rien ne légitimait  d'en faire 11 articles ... mais zéro... logique?

 

Je dois à la vérité de dire que j'ai contacté un journaliste de CL dès la mise en ligne de son article présentant ma rémunération. Il avait formulé les choses d'une manière qui me posait problème ... "Vincent YOU, le rapporteur de la mission "se contente" de la somme de..."

Comme si "se contente " était mes mots personnels! Il a entendu ma remarque et modifié la formulation: merci!

 

Je n'ai donc aucun doute sur la possibilité d'un dialogue. Après tout, même le Canard Enchainé sait rectifier sa ligne avec sa rubrique "Pan sur le bec" ... On peut donc espérer que cette réponse n'irritera pas trop le poil de CL au point de m'accuser d'attaquer la liberté de la presse...

 

Je crois à la nécessité de la transparence mais la presse devrait aussi s'interroger sur sa responsabilité.

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pascal Jacob 12/06/2010 19:27



Quelque soit le sujet que l'on maîtrise un minimum, il est notoire que dès qu'un journaliste en traite, on s'aperçoit qu'il n'y connaît rien.


Un exemple ? Pompiers volontaire, je regarde un reportage sur les soldats du feu au sujet d'un incendie. Le journaliste explique sans broncher que les pompiers entrent dans la maison en feuavec
sur leur dos une bouteille d'... oxygène !


Chacun nous avons pu faire une telle expérience. Le drame est que ces gens, dont l'incompétence est parfois aussi massive que la bonne volonté, finissent par se prendre pour la conscience morale
de la nation, juges infaillibles du bien et du mal, un quatrième pouvoir en somme...


Il faut soutenir nos politiques, de quelque bord qu'ils soient, dès lors qu'ils refusent de se soumettre à ce diktat, dont Luc Ferry a dressé un tableau effrayant dans son livre "comment peut-on
être ministre ?"