Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 13:51

carton-rouge-612x459_300x225.pngComme si de rien n'était, une idée géniale est en train de s'éteindre à Angoulême.

Cette idée est simple: utiliser le temps du personnel municipal lors des vacances scolaires pour proposer aux familles d'Angoulême des stages "Arts et sports" dans les clubs et associations de l'agglomération.

On associe la découverte des propositions locales, le lien harmonieux entre la ville et ses clubs ... et surtout un vrai service rendu à des familles qui n'ont pas beaucoup d'autres solutions pour occuper leurs enfants pendant les vacances. Tout le monde ne peut pas faire appel aux grands-parents, tout le monde ne peut pas prendre des congés, tout le monde ne peut pas quitter son boulot pour venir assurer une présence pour le déjeuner des plus jeunes...

 

Alors regardons les choses en face: nous savons que la gestion est un art délicat, qu'il faut faire des choix et que la responsabilité politique peut passer par des changements d'organisation.

Pour autant, ce qui prend fin aujourd'hui traduit une triple faute du maire Philippe LAVAUD...

 

1/ ce n'est pas parce que cette idée n'était pas la sienne qu'il doit se sentir obligé d'y mettre un terme. L'initiative de Jean-Claude MOGIS et Philippe MOTTET était créative et pertinente... à force de s'être habitué à rejeter toutes ses responsabilités sur les autres, notre maire en vient maintenant à ne plus savoir trier ce qui doit changer et ce qui doit être maintenu: dommage!

 

2/ l'économie directe dans le budget 2011 est de 60 000 euros. Une belle somme ? oui, si il s'agissait d'un budget familial... mais rapporté au 77 millions du fonctionnement de la commune, prenons conscience que la pseudo économie est de 0.08%!!! ce n'est pas avec ça, que nous diminuerons les impôts demain!

Je ne crois pas que l'on puisse, d'un côté,  mettre fin à des services auxquels les habitants sont très attachés et, de l'autre, lancer des investissements démesurés. Peut-être est ce la synthèse de la politique de Philippe LAVAUD: privilégier la grosse dépense bien visible et rogner sur les dépenses pertinentes...

 

Pour être très clair dans les comparaisons: le coût de la médiathèque est de 32 millions d'euros, "Arts et Sports" ne pesant que 0.2% de ce chiffre...

Le Busway est annoncé à 103 millions pour 16 kms... notre service "arts et sports" ne dépasse donc pas le coût de 9,32 mètres de cette dépense pharaonique...

 

3/ on me répondra sans doute que les familles ne sont pas laissées sans rien car l'école municipale des sports proposera d'autres solutions... là aussi, ce discours est révélateur d'une méconnaissance de ce qui fait les besoins quotidiens des familles et des clubs.

A ce stade, il n'y a pas de réponse pour assurer le repas des enfants! Dur, dans ces conditions, de faire sa journée de travail tout en devant l'interrompre à l'heure du repas des enfants...

Par ailleurs, quoi qu'il en soit des formules mises en place en remplacement, l'école municipale des sports n'est pas construite sur un partenariat avec les clubs... elle est donc, de fait, une concurrence. L'intérêt d'Arts et Sports c'est de découvrir une activité avec des spécialistes directement engagés dans les clubs. De fait, c'était aussi une façon de faciliter le recrutement de ces clubs et donc de les renforcer... alors qu'ils sont déjà tous fragilisés par des promesses non tenues et des subventions en baisse, ce nouveau recul est un nouveau coup bas.

 

Après avoir toujours refusé de mettre en place le service minimum dans les écoles, Philippe LAVAUD marque une nouvelle fois son mépris pour les familles de sa commune. Les parents sont mobilisés, il serait bon qu'ils soient écoutés et pris au sérieux.

Repost 0
Published by Vincent YOU - dans Angoulême
commenter cet article
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 12:21

passcontraJe suis un bon soldat... mais pas une girouette!

il y a tout juste un an , nous menions campagne pour les régionales en expliquant que les choix de Ségolène Royal sur le Pass Contraception ne touchait pas au fond du sujet. Sur des questions aussi complexes que la prévention des grossesses précoces, nous disions que nous ne pouvions pas imaginer règler ces sujets "à coup de chéquiers"... il faut dire, que nous étions à l'époque accompagnés par le Ministre de l'Education Nationale qui refusait alors ce qu'il cautionne aujourd'hui!

 

Comment va-t-on y voir clair lorsque le même Ministre revendique aujourd'hui ce qu'il rejettait hier?

 

Le fond de la question mérite autre chose que ce type de mascarade. Il s'agit d'adolescence et d'éducation... pas de jouets ou de réalités désincarnées!

 

De mon côté, j'ai déjà eu l'occasion sur ce blog (ici) de détailler les raisons pour lesquelles je m'opposais aux dispositifs mis en place par Mme Royal... les mêmes raisons sont aujourd'hui opposables à MM Huchon et Chatel (même si le choix régional en juin 2010 se portait sur un autre circuit, d'où la première partie de mon article d'alors)!

 

Reprenons les arguments principaux:

 

1/ sur les questions d'adolescence, il y a deux type des familles: celles où le dialogue parents-enfants existe et les autres. Pour les premières, il est regrettable de court-circuiter ce dialogue en montant toute une organisation pour contourner les parents. Pour les secondes, c'est justement la mission des éducateurs de rendre les conditions de ce dialogue possible... opposer les professionnels aux parents, c'est détruire tous les efforts pour mieux articuler l'école et la famille!

2/ sur les questions de sexualité, on aurait tort de se limiter à une réponse strictement sanitaire. L'important c'est de donner du sens à la vie affective, et non de laisser croire que tout se joue avec le recours à la pilule. Il suffit de lire les propos de Boris Cyrulnik, par exemple, pour bien voir que l'enjeu est ailleurs. Si il n'y a pas d'éducation à l'amour, on peut toujours se réfugier derrière un chéquier... ce sera plus une démission des adultes qu'un progrès!

 

Sur un point plus politique, je ne peux pas accepter de suivre un tel revirement. On parle de revaloriser l'autorité parentale? on parle de revenir aux fondamentaux? d'être fidèle à nos engagements de campagne?

Pour ma part, je n'ai pas peur de mon ombre. Toutes les questions délicates méritent d'être regardées en face. Pas en appliquant des méthodes qui s'opposent à nos valeurs les plus importantes.

 

La question des grosses précoces et de l'ivg des adolescentes sont compliquées. Peut-on en parler sans être caricaturé? Comme fonctionnaire hospitalier, je connais très concrètement cette réalité... pas seulement par des statistiques et des effets de mode. Je suis le premier à souhaiter que nos politiques permettent d'éviter à nos ados de briser leur jeunesse... il ne s'agit donc pas de mener un combat sur la loi Veil sur le dos des jeunes. Non, il s'agit de savoir si on pense vraiment que les premiers éducateurs sont les parents... si on le pense, on ne peut pas accepter de l'affirmer en menant une politique qui s'y oppose.

 

Une dernière remarque: jusqu'à maintenant pour qu'il y ait grossesse précoce, il faut un garçon et une fille... n'est ce pas un aveuglement que de se limiter à une politique qui oublie que les garçons sont aussi concernés?

Soyons un peu sérieux! On peut créer un chéquier, celui de Mme Royal n'a été utilisé que 40 fois en 2010 après une gigantesque campagne de publicité...j'attends de mon ministre de l'Education Nationale qui soit plus imaginatif!

Nos électeurs n'attendent pas de lui qu'il copie Ségolène Royal.

Repost 0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 14:37

drapeaublanc.gifComme souvent après une élection, il faut quelques jours avant de digérer l'échec.

Pour ce qui concerne Angoulême, j'estime pour ma part qu'il y a du positif. Deux nouveaux candidats, Xavier et Stéphanie, face à un sortant font 40 ou 41%. Un visage connu, Samuel, face à un nouveau prétendant, David Comet, sur les traces du sortant Philippe Lavaud, dépasse les 48%... 

Pour moi ces éléments expliquent l'essentiel du différentiel: il faut du temps pour se faire connaître, une première candidature est toujours plus difficile, sauf lorsque l'on surfe sur une vague nationale.

On pourra sans cesse se dire que 40% c'est bien faible ou que 48%, alors que Lavaud abandonnait le canton, ce n'est pas extraordinaire...

Voyons le positif!

Il y a trois équipes qui se sont mises en place. Trois visages qui ont été portés sur les affiches et mémorisés par les angoumoisins. En 2011, c'était insuffisant pour une alternance... En vue de 2014, ce peut être une étape très féconde.

 

Au lieu de cela, on assiste aujourd'hui à des explications de gravure par Facebook interposé. Le propre de ce "réseau social" c'est d'être plus que ce qu'il ne prétend être. On pense parler à des amis et sympathisants... on fait en réalité, mais en connaissance de cause, un dialogue public devant la presse locale.... et, comme on pouvait s'y attendre, le baromètre de CL de ce jour fait donc ses choux gras des échanges mi-ironiques et mi-violents entre Samuel, Xavier et Manfred... Bingo!

 

Je comprends tout: les incertitudes par rapport aux recompositions nationales, les impatiences et les jalousies.

Mais de grâce: cessons de faire ce cadeau à Philippe Lavaud d'exposer nos divergences sur la place publique.

 

Nous étions sur la même liste en 2008.

Nous avons réussi à être unis pour ces cantonales, je crois pouvoir dire que je n'y suis pas pour rien...

D'ici à 2014, il y a suffisamment d'espace pour que chacun s'enracine sans que nous nous tirions dans les pattes.

Cessons de laisser aux angoumoisins l'impression que nous ne faisons rien pour construire l'alternance qu'ils attendent!

 

 

 

Repost 0
Published by Vincent YOU - dans Angoulême
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 22:11

3ans.gifUn discours qui s’essouffle, un budget sans imagination… alors que Philippe Lavaud est à la moitié de son mandat, il semble déjà avoir perdu son souffle….

Qu’il paraît loin le temps où le candidat promettait de « nouvelles chances » pour notre ville. Ses colistiers Verts rêvaient de changer le climat. Ils avaient malheureusement vu juste : il est devenu orageux à force de déclarations agressives à l’égard des uns et des autres et de promesses non tenues.

Oubliée la piscine écologique de Montauzier dans laquelle nous devions nous baigner 6 mois après l’élection ; ralenti l’Agenda 21 qui était urgent en 2008 et qui réapparaît seulement en 2011 ; esquintée la cité des festivals.

En revanche a été créé « l’impôt Lavaud » qui nuit à l’attractivité de notre ville. T

out devait commencer en 2011. Cela ne se traduit pas dans le budget qui sera présenté mercredi soir. On s’attendait à un discours de vérité. Pourtant ce budget est une nouvelle fois construit sur un discours qui s’essouffle autour du désengagement de l’Etat. Où est en effet le désengagement lorsque les subventions d’investissement provenant de l’Etat augmentent de 2,1 millions par rapport à 2010 et représentent plus de la moitié de ces subventions (2,8 sur 5,5M) quand la région Poitou-Charentes n’intervient qu’à hauteur de 385 000 euros ? Sans oublier que l’Etat apporte près de 360 000 euros pour compenser la suppression de l’abattement fiscal sur la taxe d’habitation et qu’il apporte sa contribution au financement du festival de la BD.

Alors que le maire se présente comme expert ès gestion financière, je constate que les dépenses de personnel continuent d’augmenter malgré la mutualisation et que l’épargne envisagée est négative.

On s’attendait à un budget qui trace une route pour les prochaines années. Or je ne vois pas davantage le chemin qui s’ouvre aux Angoumoisins. Trois des quatre principales missions voient leurs crédits en baisse. Cela pourrait traduire une volonté de mieux maîtriser les dépenses publiques. Mais comment interpréter ce changement alors que les précédents budgets ont été présentés comme bons parce que les sommes engagées étaient en augmentation ? Les politiques conduites n’étaient-elles pas pertinentes ? Les montants engagés étaient-ils trop importants ?

Je vois au contraire que les préoccupations premières des Angoumoisins ne sont pas suffisamment prises en compte. Le service minimum d’accueil dans les écoles qu’il s’était engagé à mettre en œuvre au mois de décembre dernier ne figure pas parmi les projets pour cette année. Le plan Marshall de la voirie semble avoir été éphémère puisque les crédits affectés sont en baisse de 300 000 euros. Quant au souci de sécurité exprimé par nos concitoyens, il se limite à la distribution d’un guide de tranquillité publique…

Je m’attendais à une politique d’innovation en matière sociale alors que la situation de notre ville n’est guère reluisante. Je m’attendais à une nouvelle impulsion dans la politique éducative. Je n’ai trouvé que deux verbes : maintenir et poursuivre.

 

Les Angoumoisins attendent mieux et plus vite. Nous sommes aujourd’hui à la mi-temps de ce mandat. L’équipe en place pense tenir le match. Secrètement, le maire doit même penser que l’entraînement que furent les cantonales lui laisse espérer une victoire en fin de deuxième mi-temps… il aurait tord de se limiter à cela.

L’équipe adverse a maintenant pris ses marques et engagé ses joueurs pour quadriller le terrain. D’autres joueurs vont maintenant se mobiliser et je compte bien faire en sorte que les angoumoisins prennent l’habitude de voir sur le terrain d’autres visages et d’autres espoirs.

Encore trois ans à tenir. Que chacun sache que ces trois longues années seront mises à profit pour réussir l’alternance !

Repost 0
Published by Vincent YOU - dans Angoulême
commenter cet article
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 00:08

chut_petit_.jpgAujourd'hui, je peux dire que j'ai avancé dans la compréhension de la méthode politique utilisée par Mme Royal.

A l'occasion de notre session régionale, j'ai eu l'occasion de prendre la parole à deux reprises sur des points qui me semblaient importants... vous en jugerez!

 

Tout d'abord, à l'occasion du rapport d'activité 2010, j'avance sur le bilan du "Bonus Vert" pour en souligner la gabegie tranquille... Vous vous souvenez? D'avril 2009 à juillet 2010, notre Région a distribué un nouveau chèque pour encourager l'achat d'électroménager à faible consommation en énergie. 40€ pour un A+ et 60€ pour un A++ : succès assuré auprès des acheteurs!

Le bilan pour la Région est positif: presque 1 600 000 euros pour ce dispositif, soit 36814 achats subventionnés... mais le problème est double:

1/ en choisissant de ne pas mettre de conditions de ressources, il s'agit assez largement d'un simple effet d'aubaine. J'achète du A+ ou du A++, mon ardoise personnelle est réduite et je rentre de mes courses avec un petit coin de mon portefeuille qui remercie la Présidente de la région... Pertinent politiquement avant une élection? sans doute! Pertinent économiquement? sûrement pas...

2/ en voulant favoriser un acte d'achat écologique, on fait ici abstraction de toute dimension d'emploi ou même de la moindre logique sociale... ces produits sont ils fabriqués dans la Région? on n'en sait rien! sont ils confectionnés avec un minimum de règles sociales, ne seraient ce que les conventions fondamentales de l'Organisation Internationale du Travail (interdiction du travail des enfants et du travail forcé, droits syndicaux...)? La question n'a pas été vue... Dommage pour les 91 entreprises nationales du secteur, dommage pour les 14000 employés qui auraient pu souhaiter que l'on sorte d'un raisonnement aveugle et déséquilibré...

Ma question était précise et factuelle. Elle touchait à une question de fond: la nécessité de ne pas opposer le social et l'environnemental, de quitter les postures et les grands mots ("croissance verte", 'soutien au PME"...) pour entrer dans le réel...

Et bien, la Présidente a choisi de ne pas répondre. En passant la parole à une autre élue qui souhaitait évoquer la formation puis à un autre sur l'agriculture... Pas un mot sur ce sujet à 1.6 millions d'euros.... un silence assourdissant!

 

2/ remis de mes émotions et de ma surprise, la suite des sujets du jour m'a fait intervenir sur les questions d'apprentissage. Après sept ans de présidence régionale, voici enfin venu le temps de l'action pour, en théorie, poser un cadre et une "carte des formations"... En fait de carte, la Région n'évoquait aujourd'hui que la Charente, ce qui est certes urgent, mais ce qui bloque largement l'accès à une compréhension globale des choix proposés.

Après une brillante intervention de Véronique Marendat, soulignant notamment le besoin d'une visibilité régionale, notre groupe demandait un "renvoi en commission" pour que la décision soit prise dans les deux mois au maximum mais avec l'ensemble des éléments... Réponse de la Présidente: "je suis étonnée de votre légèreté, il n'est pas question de repousser cette décision"... Ma prise de parole visait à montrer que la légèreté n'était pas forcément de notre côté... En l'occurence, le choix régional de faire déménager les formations pour les métiers de bouche à Barbezieux souffre au moins de quatre légèretés...

Légèreté dans les déclarations lorsque l'on annonce une logique de constitution de pôle des métiers alors que l'on sépare ici les métiers de bouche de leurs voisins de l'hôtellerie-restauration et cuisine;

Légèreté économique lorsque l'on souligne que cette séparation se traduira inévitablement par des surcoûts: en équipements, en frais pédagogiques mais aussi par l'impossibilité de poursuivre l'utilisation vertueuse des créations de nos apprentis. A ce jour, les élèves de métiers de bouche voient leurs travaux utilisés pour le self des apprentis d'Angoulême et le restaurant pédagogique... la disproportion inévitable avec les effectifs de Barbezieux se traduira par des gaspillages regrettables.

Légèreté dans le calendrier puisqu'on nous annonce un déménagement en 2014 alors que les locaux actuels ne peuvent plus attendre pour une mise aux normes... Les mieux informés savent parfaitement que les services vétérinaires de l'Etat demandent des rénovations importantes qui ne peuvent pas attendre cette échéance...

Légèreté enfin dans la cohérence géographique: on peut  comprendre le souci politique d'une répartition des formations sur le territoire si celle-ci ne se limite pas à un département à l'exclusion de tous les autres. Mais choisir Barbezieux c'est se mettre au plus prêt de Jonzac, le pôle de formation le plus proche qui forme d'ores et déjà aux métiers de bouche. Les jeunes du Sud-charente pouvaient déjà choisir une formation de proximité... ceux d'Angoulême ou du reste du département ne le pourront plus...

Je terminais donc ce rapide argumentaire en demandant qu'on ne fragilise pas la CIFOP, un bel outil qui donne satisfaction, pour une solution illisible qui va à l'encontre des souhaits des professionnels. Après tout, Mme Royal avait justement souligné la "nécessité de multiplier le nombre de maîtres d'apprentissage"... ce qui en général ne se fait pas contre l'avis expresse de leurs représentants professionnels!

Il m'a été répondu que mes propos démontraient l'urgence d'agir vite et bien sans remettre quoi que ce soit en question dans les projets présentés. La Vice-Présidente précisa simplement que le Préfet s'était engagé à des dérogations provisoires pour maintenir les formations malgré la problématique sanitaire si la Région votait aujourd'hui une décision pour l'avenir... Pour le reste, rien ne fut dit, sinon la promesse vague (et inquiétante?) d'un pôle à constituer entre Barbezieux et Jonzac... Circulez: il n'y a rien à voir!

 

Dans une région qui met en avant sa volonté de "démocratie participative", j'ai trouvé une clé de compréhension inattendue. Le débat dans la conception très personnelle de Mme Royal ne peut faire avancer que si l'on marche dans le rang. Si on touche vrai, c'est le silence. Si l'on demande un peu d'approfondissement, c'est l'urgence qui s'impose...

Un jour ou l'autre, les habitants de la région s'en rendront compte. Pour ce qui me concerne, je veux contribuer à crever cet assourdissant silence.

Repost 0
Published by Vincent YOU - dans Conseil Régional
commenter cet article
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 16:20

DroitDeReponse.pngSuite à mon récit de la discussion sur la LGV en Commission Permanente, j'ai reçu un message de  Marie-Laure Tissandier (conseillère régionale, appartenant au groupe dit "centriste humaniste" au sein de la majorité régionale)  qui estimait que j'avais déformé ses propos...

Il est vrai que je lui avais décerné la palme de la démagogie!

Comme je tiens à garder des relations cordiales et sincères avec Marie-Laure, je lui ai proposé de me faire passer son texte pour que je le diffuse.


Voilà qui est fait:

 

"Le groupe centriste humaniste vous felicite, Madame La Présidente, de mettre l'etat devant ses responsabilités et veiller à la defense des contribuables.
Une bonne gestion c'est aussi adapter ses actions à l'evolution socio-economique,
La région Poitou-charentes ne rentre pas en dissidence, d'autres élus s'interrogent: dans la région de Carcassonne 8 communes et 3 departements souhaitent une modification du tracé de la LGV, d'autres se posent la question du financement.
L'economie est souvent brandie comme un " etendart" pour devaster nos magnifiques espaces naturels et deshumaniser la societé.
Sur le plan de la Santé, il y a 5 millions de malentendants en France, n'en rajoutons pas! les TGV sont responsables de nuisances sonores qu'il faut prendre en compte,
Il y a une vraie souffrance à entendre chez les associations de riverains et d'usagers, qui subissent deja  la crise.
A la notion de rapidité et rentabilité, nous objectons reflexion et responsabilité."

Voilà qui est dit... chacun pourra désormais avoir un avis informé sur un débat qui me semble fondamental pour la Charente.
Pour ce qui me concerne, je persiste et signe à trouver que le raccourci entre LGV et 5 millions de malentendants est déplacé (pour ne pas dire plus!)... mais surtout à trouver qu'il y a quelque chose de tout à fait contradictoire à vouloir participer aux choix de mise en oeuvre de la LGV sans vouloir être dans le tour de table des financeurs. Vouloir souligner des exigences, sans vouloir participer au projet... cela me semble bien facile et très incohérent.
Ceci dit, je remercie ML Tissandier de m'avoir fait passer son texte: c'est maintenant aux internautes de réagir. Les commentaires sont ouverts ! La LGV mérite bien un débat!
Repost 0
Published by Vincent YOU - dans Conseil Régional
commenter cet article
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 22:13

TGV-MED-MSC.jpgPièce comique ou tragédie hors du temps? Je ne sais pas trop comment caractériser la Commission Permanente du jour à Poitiers...

Entre autres sujets, nous avions à nous prononcer sur le vote d'une "Convention relative à  la desserte ferroviaire des gares de Chatellerault, du Futuroscope, de Poitiers, d'Angoulême et de Libourne", une bagatelle de 6 703 millions d'euros!

 

Surprise du chef ! Alors que la Région avait, depuis 2007,  inscrit en crédits 110  millions pour sa participation... c'est aujourd'hui une toute proposition que Ségolène Royal a sortie du chapeau.

Désormais, il n'est plus question de financer. La Région décide que sa participation se fera sous forme de prêt, une avance remboursable qui en terme comptable est tout sauf un investissement.

Pourquoi ce changement?

L'habillage officiel est en trois temps.

Tout d'abord, la région refuse de "subventionner l'Etat". Elle conditionne son prêt à des engagements sur le nombre de dessertes des gares et sur des protections environnementales et exige que sa participation lui soit remboursée sur les bénéfices à venir.

Cela semble bien beau... de quoi, en effet, réjouir la poignée de manifestants qui étaient présents pour dénoncer le financement public de cette infrastructure.

Mais c'est oublier:

1/ que dans toute la France, les gros projets donnent lieu à des co-financements, c'est d'ailleurs la raison d'être des Contrats de Plan Etat-Région... mais Mme Royal veut sortir de la règle commune...

2/ le fait d'être financeur nous place à la table des négociations, notamment pour évoquer les protections du voisinage et le nombre d'arrêts en gare... quel écho aurons nous si nous voulons "le beurre et l'argent du beurre"?

3/ à Angoulême, il y a aujourd'hui davantage d'arrêts en gare qu'il y a quelques années... preuve que cette étape est rentable: pourquoi en faire un épouvantail?

4/ qui peut croire désormais la parole d'une Région qui change de fusil d'épaule alors que les 56 autres collectivités concernées ont voté conformément à leurs engagements.

 

La Charente a voté, la Comaga (Grand Angoulême) a voté, mais la Région s'échappe en inventant un scénario fictif et virtuel!

 

Henri de Richemont a eu beau dire et redire qu'un signe de bonne gestion c'était justement de rester fidèle aux votes de 2007, alors que tous les territoires traversés avaient confirmés leur intérêt.

Olivier Chartier a rappellé qu'un prêt c'est tout sauf un investissement et que nous fragilisions tous les projets qui attendent d'être rapprochés du Sud de l'Europe. Angoulême à 34 minutes de Bordeaux c'est une révolution, tout autant que le formidable rapprochement de Barcelone ...

 

Mais l'heure était à la démagogie. Marie-Laure TIssandier à ce jeu pourrait gagner la palme: "pensons aux 5 millions de mal-entendants qui ne supportent pas le bruit des TGV!"

François Coutant nous a expliqué pourquoi l'écologiste qu'elle prétend être n'acceptait pas même le principe d'un prêt de la Région... il faudra lui dire que l'on ne développera pas beaucoup de transports propres avec ce type de logique... Dire que c'est elle qui préside la commission régionale sur ces sujets!

 

DSK-Parti-socialiste.jpgLa période est propice à un bon vieux principe "plus c'est gros,plus ça fait du buzz"...  il est vrai que DSK a une sacrée avance dans les sondages à gauche. Il est donc urgent de mobiliser le ban et l'arrière ban des militants qui se complaisent hors du réel.

Pour être bien certaine de garder sa majorité, Mme Royal a fait en sorte de refuser notre demande de scrutin à bulletins secrets. Ceux qui, dans la majorité, savent que ces arguments ne sont qu'un jeu dangereux et politicien n'ont pas eu le courage de voter en leur âme et conscience. Il y a eu donc 30 voix pour le délire et 25 voix contre. Je prends les paris qu'avec un bulletin secret, nous aurions eu une autre majorité: il suffisait de trois clairvoyants... ils existent mais sans liberté!

L'argument massif pour les convaincre est basique : "il n'est pas acceptable que les bénéfices soient privatisés et que les pertes ou les investissements relèvent de la collectivité"... c'est beau comme le petit livre rouge!

 

Sauf que la convention prévoit une "clause de retour à bonne fortune": si le concessionnaire devait faire des recettes plus importantes que prévues, il aurait alors à verser une redevance... c'est donc tout sauf une loterie avec Jackpot pour le seul groupe Vinci!

 

Ceux qui pensent que la Charente doit impérativement se brancher sur les grands axes de mobilité pourront patienter. Ceux qui espérent bénéficier des milliers d'embauches, n'ont plus que leurs yeux pour pleurer.

Mme Royal a la volonté de gagner les primaires du PS. Pour y parvenir, elle est prête à casser son jouet. Le problème c'est que ce jouet c'est notre région et notre avenir!

Repost 0
Published by Vincent YOU - dans Conseil Régional
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 13:20

apprivoiser_stress.jpgEn évoquant ce mardi le financement du BHNS du Grand Angoulême, je ne pensais pas mettre en colère notre maire... après tout, l'article était titré "désormais Philippe Lavaud va devoir prendre ses responsabilités"... ce qui n'est pas injuriant même si je suis conscient d'avoir appuyé là où ça fait mal.

Nous savons tous que la méthode première de ce maire est de mettre tous ses problèmes sur le dos de l'Etat... lorsque CL l'interroge (ici) aujourd'hui sur ma remarque, partagée par Xavier Bonnefont, comme quoi "les larmes de crocodiles ne seront plus possibles", notre maire voit rouge!

Sa réponse est une charge  sur le thème des adversaires qui "polluent la vie politique"!

Seuls ceux qui arrivent dans notre ville seront surpris... les autres ont déjà en tête tous les épisodes de la série...


Nous avions déjà eu une tirade violente contre la presse locale;

nous avions eu une charge contre une élue communiste qui refusait de monter les impôts;

nous avions eu deux départs dans la majorité municipale;

nous avions eu un clash avec le valeureux créateur de la Garden Nef;

nous avions eu un scandale virtuel contre les Jeunes Pop accusés d'être des jeunesses hitlériennes;

nous avions eu un désamour envers ses camarades du parti accusés d'être des "petites personnes";

nous avions eu une attaque délirante contre le député Viollet qui ne pense pas que notre maire soit en situation de lui succèder à l'Assemblée Nationale...

 

Aujourd'hui, je suis mis en cause car j'ai été chef de cabinet d'un Ministre! je ne vois pas en quoi cette expérience dans le travail gouvernemental devrait m'interdire de participer à un débat local... Il pouvait aussi dire qu'un cadre hospitalier doit rester dans les hôpitaux et ne doit pas imaginer connaître la gestion publique, qu'un conseiller régional doit rester dans ses dossiers de Poitiers et ne pas regarder ce qui se passe en Charente et qu'un opposant doit demander la permission avant de s'exprimer...

 

Je retiens de tout cela que Philippe Lavaud n'est pas encore au niveau de son modèle Alain Juppé... on ne s'improvise pas homme d'Etat et il est difficile d'être un visionnaire lorsque l'on passe son temps à perdre ses nerfs.

 

PS: Je profite de ce billet pour inviter tous les charentais qui le peuvent à participer ce  samedi 12 février à 15h à la manifestation organisée en l'honneur des militaires du 1er RIMA revenus depuis peu du Kosovo et d'Afghanistan. Le rassemblement aura lieu place du Champ de Mars. C'est une occasion de leur dire notre soutien et de montrer aux militaires comme à leurs familles que nous sommes reconnaissants envers leur sens de l'engagement. La France, grâce à eux, est présente dans le monde pour porter la paix et combattre pour la liberté. Cela mérite que nous donnions un peu de temps. J'y serai et je remercie Philippe Lavaud d'avoir permis de donner suite à cette initiative du régiment.

Je l'avais déjà présentée sur ce blog il y a quelque semaines, mais j'encourage ceux qui hésitent à se déplacer samedi à prendre quelques minutes et regarder cette vidéo qui fait bien comprendre ce que vivent des familles de militaire lorsque l'un d'entre eux part 4 ou 6 mois en opérations extérieures...

 

Repost 0
Published by Vincent YOU - dans Angoulême
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 19:55

millions.jpgHier encore, Philippe LAVAUD a joué de l'éternel couplet sur le "désengagement de l'Etat" qui l'empêcherait d'agir.

Pourtant, dès demain, le Maire d'Angoulême va devoir remercier Nathalie Kosciusko-Morizet, François Fillon et Nicolas Sarkozy!!!

Avec les millions de subvention qui vont être accordés pour le projet de BHNS (Bus à Haut Niveau de Service, le nom officiel de ce que l'on nomme ici busway), les larmes de crocodiles sur le "désengagement de l'Etat" sont désormais définitivement terminées, notre maire va devoir prendre ses responsabilités!

Si "mon petit doigt" dit vrai, la Ville va recevoir un accord de l'Etat pour que celui-ci contribue à hauteur de 9.980 millions d'euros au projet de notre agglomération.

 

J'entends déjà Philippe LAVAUD s'amuser sur le mode: "Monsieur YOU vous allez devoir soutenir ce projet puisque  le gouvernement le sélectionne et le subventionne?"

La réponse est simple: je me réjouis de cette aide de l'Etat, je ne critique par le principe du BHNS mais je considère que certaines modalités doivent être améliorées. 

J'ai beaucoup travaillé ce dossier car il est structurant. J'ai vu des spécialistes nationaux, des élus locaux, des habitants du centre ville et des usagers des transports. Mon avis est clair: nous sommes à un tournant!

 

La page qui s'ouvre, avec ce chantier qui devient maintenant une réalité, est celle qui concerne le plus directement ce que nous allons faire de notre ville et de ses communes adjacentes dans les 20 prochaines années.

Dès aujourd'hui, je peux vous dire que le BHNS peut être la meilleure chose si nous en modifions profondément les contours, mais que c'est une vraie source de problèmes si le projet reste en l'état.


Ne laissons pas tous ces choix qui peuvent profondément modifier notre quotidien être gérés par un maire si souvent étranger à nos attentes! Dans les semaines qui viennent, il sera temps d'en parler de manière plus précise et ciblée.

 

Repost 0
Published by Vincent YOU - dans Angoulême
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 16:51

collectif---digne-la-vie.jpgDe temps à autre, les débats parlementaires prennent un visage particulier. On sort du droite-gauche, pour aller sur des questions de fond... et les votes prennent une autre portée.

Hier au Sénat, il y a eu un débat de haute tenue sur la question de l'euthanasie. Haute tenue, mais grande confusion dans les votes.

Il s'agissait de voter pour une loi sur "l'assistance médicalisée à mourir". La commission du Sénat l'avait adoptée, montrant que certains centristes du Sénat faisaient basculer la majorité.

Pendant toute  la semaine, nous avons vu une extraordinaire mobilisation des soignants, des associations et des responsables politiques pour éclairer un choix qui ne pouvait pas relever d'un vote en catimini.

 

Personnellement, j'aime bien quand les lignes bougent et que les consciences prennent le dessus sur les consignes de vote. Ici c'est un cas d'école!

Le texte présenté est cosigné par trois sénateurs: Godefroy (PS), Fischer (PCF) et Fouché (UMP)... ce dernier étant notre voisin de la Vienne.

Parmi les partisans du texte: Jean-Luc Roméro, qui fut longtemps membre du RPR et de l'UMP et a choisi de passer au PS il y a quelques mois; la majeure partie des sénateurs du PS dont nos deux charentais Bonnefoy et Boutant, en accord avec Martine Aubry mais aussi Valérie Létard, ex-membre du gouvernement et élue Nouveau Centre du Nord...

Parmi les opposants: le PCD, la majeure partie de l'UMP, dont JP Raffarin et C. Belot, mais aussi Ségolène Royal qui a fait part des ses "grandes réserves"...

 

Soins-20palliatifs.jpgLa question n'est pas simple et elle nécessite une précision: vouloir l'euthanasie ce n'est pas seulement vouloir stopper les souffrances. Refuser l'euthanasie, ce n'est pas vouloir la souffrance.

Beaucoup d'entre nous sont marqués par des deuils familiaux qu'ils ont traversés entre souffrances extrêmes, sentiment d'abandon et attente sans fin.

Pour ma part, je parle ici comme cadre hospitalier, j'ai eu à mettre en place des services et équipes de soins palliatifs. J'ai vu une réponse, un accompagnement et une capacité à accompagner le malade vers la mort.   Je tiens ici à saluer tous ces professionnels et bénévoles qui rendent cet accompagnement possible, même si il est clair que cette alternative crédible n'est pas encore suffisamment déployée. Je tiens à dire aussi que refuser l'euthanasie, c'est aussi refuser l'acharnement thérapeutique, cette tendance (que nous avons trop souvent eue) à faire durer les soins alors que l'espoir est vain et la fin inéluctable.

A l'inverse, je reste convaincu  qu'une législation qui autorise la mise à mort est une démission de notre humanité... un sondage récent manifeste que nous sommes encore majoritaire à le penser.

 

Pour reprendre les justes mots d'Emmanuel Hirsch : "plutôt que de considérer la dépénalisation de l'euthanasie comme l'expression moderne de la liberté, ne conviendrait-il pas d'accorder plus d'attention et de témoigner une autre disponibilité aux personnes en attente d'humanité, là où on leur propose la mort comme unique solution?"

Hirsch préside le collectif Plus Digne la vie, dont je connais plusieurs membres fondateurs et dont je suis signataire.

Quid des avis des autres élus charentais? Nos quatre députés voteront-ils cette fois dans le sens de S.Royal et dans le sens du gouvernement ou comme leurs collègues sénateurs? réponse dans quelques semaines lorsque le texte passera à l'Assemblée Nationale...

Repost 0